Jessie des ténèbres, Yann Rambaud [LAV]

816jtekbcxl

♠ Titre : Jessie des ténèbres

♠ Auteur : Yann Rambaud

♠ Éditeur : Hachette

♠ Année de parution : 2016

♠ Nombre de pages : 300

♠ Genre : fantastique /initiatique

Bonjour ! Pour la première chronique de la rentrée, et après la déception que fut Stéréotypes, je me suis redirigée vers une valeur sûre à mes yeux : Jessie des ténèbres, de Yann Rambaud, suite (qui peut se lire indépendamment) de Gaspard des profondeurs. Ce roman jeunesse /ado fait partie des nommés pour le prix du volet ado de Livres à vous 2018.

La 4ème

Le jour, Jessie vit un cauchemar. Au collège, on la harcèle. A la maison, ses parents se disputent. Et pour couronner le tout, à 13 ans, elle est myope comme une taupe.

La nuit, Jessie est prisonnière d’autres cauchemars. Elle se « réveille » dans une maison qui grince, pleine de courants d’air et de portes fermées qu’il faut à tout prix ouvrir.

Mais au cœur des ténèbres, il reste pourtant un peu de lumière : dans une forêt au fond du jardin l’attendent, chaque mercredi, Alice et ses dingueries. Ici, les escargots font la course et les grenouilles savent compter.

Et puis, il y a Gaspard…

Appréciation

J’avais été soufflée par Gaspard des profondeurs il y a un mois de cela, et depuis, je n’avais cessé de penser à Jessie, personnage qui apparaissait à la fin du roman, de manière très furtive… Elle était un petit mystère délicieux que j’avais envie de percer, et maintenant que c’est chose faite, j’en suis enchantée. Jessie des ténèbres peut se lire indépendamment de Gaspard des profondeurs, mais pour les lecteurs qui sont tentés je vous conseille de les lire tous les deux quand même, car dans le second tome, on ne dévoile pas grand chose sur Gaspard, et la complicité du lecteur avec l’auteur sur les secrets du jeune homme (on sait !) est tout à fait délicieuse !

Comme pour Gaspard, je suis impressionnée par le torrent d’émotions produit par Jessie. L’histoire est diablement prenante, abordant les questions de harcèlement scolaire avec brutalité mais justesse, et celle de l’identité et des racines avec férocité mais bienveillance. Jessie est elle aussi prise entre deux mondes : celui des rêves et celui de ses journées. Parfois, ils se confondent. Les nuits dans la maison qui grince sont particulièrement saisissantes et m’ont créé un certain effroi, heureusement contrebalancé par les mercredis après-midi avec Alice et ses dingueries. J’ai aussi beaucoup ri de certains passages à la maison avec Gabrielle et ses expressions et fautes d’orthographe, et Alfred et ses délires mécanos.

Je me suis d’ailleurs, encore une fois, attachée à tous les personnages : Jessie, ses parents, Alice, Gaspard, Gunzo… A la fermeture du roman, j’étais triste de tous les quitter. Yann Rambaud propose une vraie aventure, une vraie belle quête d’identité, une vraie fin (peut-être un peu moins abrupte que celle de Gaspard, mais je vous laisserai en juger) et parle de vraies batailles, très actuelles. J’ai ressenti beaucoup d’indignation, de joie, d’espoir, de tristesse et de colère. Encore une superbe lecture !

Superbe lecture qui me ramène encore à des références que j’ai citées dans la chronique de Gaspard, Le Secret de Terabithia, L’Océan au bout du chemin, et maintenant s’ajoute également Alice au Pays des merveilles, cité plusieurs fois par Jessie d’ailleurs… Je pense aussi à de nombreux contes, où les animaux sont intelligents comme des humains ; et je pense de plus aux jeux vidéo à énigmes, même si j’avoue ne pas avoir découvert la solution de celles du roman avant ses personnages (Yann Rambaud, vous êtes un génie !).

J’ai donc passé un merveilleux moment avec Jessie. Comme j’ai déjà tiré mon chapeau, je vais cette fois tirer mon casque de scooter (un vieux casque rouge et noir avec des bosses, mais je l’adorais, alors ça vaut plus que mon chapeau de la dernière fois).

Note : 

Je suis d’autant plus ravie de cette lecture que l’auteur, à la toute fin du roman, parle d’un troisième tome… J’ai déjà ma petite idée du personnage principal, j’ai hâte de savoir si ce sera bien celui auquel je pense. L’attente va être longue !

Et vous, avez-vous lu Jessie des ténèbres ? Avez-vous aimé ?

Publicités

5 réflexions sur “Jessie des ténèbres, Yann Rambaud [LAV]

  1. Ce livre ❤ Et Gaspard des Profondeurs ❤
    D'ailleurs, tu sais que dans les épreuves non corrigées, Jessie ne s'appelle pas Jessie à la fin de "Gaspard des Profondeurs"? Il m'a fallu un moment pour capter que c'était d'elle dont il parlait! ;P

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s