Fahrenheit 451, Ray Bradbury

004123843

♠ Titre : Fahrenheit 451

♠ Auteur : Ray Badbury

♠ Traducteurs : Jacques Chambon et Henri Robillot

♠ Éditeur : Gallimard (Folio SF)

♠ Année de parution : 2017, originale 1953

♠ Nombre de pages : 236

♠ Genre : dystopie

Bonjour ! je sais, je termine encore mon mois un peu en retard, mais avec de la qualité ! J’avais précédemment choisi de lire 1984 d’Orwell pour le challenge grands classiques SF, mais j’ai fini par changer d’avis au profit de Fahrenheit 451 de Ray Bradbury…

La 4ème

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif.

Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d’un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l’imaginaire au profit d’un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Appréciation

Après cette lecture-là, je me sens un peu comme quand j’ai posé Les Robots d’Asimov. Même si, intellectuellement, je sais qu’il s’agit d »un monument de l’histoire de la science-fiction, j’ai aussi le sentiment qu’il aurait pu sortir en librairie la semaine dernière (même si, bien sûr, Bradbury aurait parlé de « drones » et non pas d’ « hélicoptères caméra »). Si ce roman a fait grand bruit lors de sa publication en 1953, aujourd’hui il serait passé presque inaperçu au milieu des dystopies qui inondent le marché… Incroyablement intemporel, et pourtant si contemporain.

Rien qu’en lisant la 4ème (oui, je partais de zéro en ce qui concerne Fahrenheit 451, contrairement aux précédents), j’étais éblouie par l’histoire. Et ce sentiment ne m’a pas quittée à un seul instant. La progression du récit est parfaite, de la vie de pompier brûleur de livre à la prise de conscience totale. Montag est un personnage attachant, à qui on s’identifie volontiers, surtout dans sa colère contre la société actuelle.

C’est peut-être ça, d’ailleurs, qui donne toute son actualité à Fahrenheit 451 ; la critique de la censure, puisqu’on brûle les bibliothèques dans des pays en guerre ; l’accusation d’un début de pensée unique, à la lumière d’internet et de la télévision ; l’imminence de la guerre, face à un monde en proie au terrorisme… Je ne vais pas épiloguer non plus sur les parallèles entre la dénonciation proposée par Bradbury et les débats présents, parce que mille et une critiques l’auront déjà fait avant moi. En tout cas, c’est limpide. Et dans le contexte des années 1950, c’était brillant.

Le style est époustouflant : ni suranné ni moderne, il tient le lecteur en haleine, sans jamais le plonger dans l’ennui ou la surenchère. Pour moi, il s’agit vraiment d’un roman exceptionnel, et je n’en reviens toujours pas d’avoir lu ça. C’est drôle, parce qu’il me fait penser un peu au Rire du grand blessé de Cécile Coulon, alors qu’il faudrait évidemment que ce soit l’inverse. Je me permets quand même de poser cet autre titre ici, si ça peut intéresser des lecteurs de découvrir une autre dystopie qui parle de livres…

Note : 

J’avoue que je n’ai pas beaucoup de choses à dire sur Fahrenheit 451, parce que je ne vois pas de faille à ce roman. A la rigueur, j’aurais pu souhaiter qu’il soit un peu plus long, pour avoir des images plus nettes des conditions de vie de Montag et Millie… Mais le voyage était déjà exceptionnel !

Et vous, avez-vous lu Fahrenheit 451 ? Avez-vous aimé ?

Publicités

4 réflexions sur “Fahrenheit 451, Ray Bradbury

  1. J’avais adoré aussi! J’avais trouvé l’ambiance hyper oppressante, un peu ce que j’ai retrouvé dans 1984 aussi d’ailleurs.
    D’ailleurs, celui-là, ça ne me ferait pas mal de le relire, histoire d’être sûre d’avoir tout compris parce que je l’ai lu il y a pas mal d’années et en anglais, j’avais pas encore le niveau que j’ai aujourd’hui ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s