La Baleine thébaïde, Pierre Raufast

Bonjour ! Voilà une bonne semaine que j’étais absente ici après mon bilan, et c’est parce que… Je voulais absolument finir un livre, je me suis cassé les dents dessus, j’ai redoublé d’efforts, mais entre nous deux ça n’a pas fonctionné. Au bout de plus d’une semaine j’ai dû me rendre à l’évidence : certains livres ne peuvent pas être lus par tout le monde, et abandonner un livre n’est pas un crime (coucou, Les Droits du lecteur). Pour les curieux, ce livre était Echopraxie. Je vous le dis là, en intro, comme ça, si vous en avez pensé quelque chose, vous pouvez me tenir au courant.

Bref, ce matin on n’est pas là pour ça ! On est là pour faire la première critique de décembre. J’ai terminé La Baleine Thébaïde, troisième roman de Pierre Raufast, paru en début d’année 2017 chez Alma (et c’est pour ça que je l’ai choisi, pour l’éditeur qui a publié Thomas Vinau). Un livre à tiroirs, avec des causes et des conséquences, ainsi que des dommages collatéraux.

DSC_0046

La 4ème

Fraîchement diplômé, Richeville, jeune homme timide et idéaliste embarque au nord de l’Alaska, sur l’Hirundo. Objectif : retrouver la fameuse « baleine 52 », qui chante à une fréquence unique au monde. Mais l’équipage affrété par le sinistre Samaritano Institute a d’autres desseins. Au menu : le sinistre docteur Alvarez, un hacker moscovite, une start-up californienne, une jolie libraire et des cétacés solitaires, mutants ou électroniques, qui entraînent Richeville dans un tourbillon d’aventures extraordinaires.

Appréciation

Chers éditeurs de chez Alma, jusqu’ici, vos publications ont fait un sans-faute dans mon petit cœur de lectrice. La plume de Pierre Raufast est brillante, entraînante, convaincante, et probablement plein d’autres mots en -ante. Elle m’a fait oublier ma précédente expérience avec Echopraxie. Grâce à ce roman, j’ai pu voyager en Alaska aux côtés d’un équipage pas comme les autres, aux Etats-Unis dans les piscines de riches et puissants de ce monde, avec Richeville, personnage naïf aux bonnes intentions auquel je me suis immédiatement identifiée. J’ai donc partagé ses espoirs et ses idéaux, je me suis révoltée face aux sombres intentions du Samaritano Institute, j’ai suivi avec passion cette histoire de cétacés et d’humains complexes.

Chaque personnage a son histoire, sa personnalité, sa problématique. Chaque personnage est redoutablement vivant. Et grâce à cette construction exceptionnelle, j’ai vécu ce roman comme si j’y étais. Divisé en quatre parties correspondant à quatre solitudes, Pierre Raufast donne la voix à trois membres de l’équipage de l’Hirundo avec une première personne bien sentie, se détache aussi en reprenant la troisième personne, comme un petit Dieu aux commandes de l’histoire.

C’est un livre un peu inclassable, entre uchronie et roman contemporain, avec cette précision au début de l’ouvrage, qui, une fois le roman terminé, nous bouleverse un peu : « certaines choses racontées dans ce roman sont vraies. » Mais moi qui suis une inconditionnelle des animaux, une irrationnelle idéaliste et une indicible rêveuse, je me garderai bien de faire des recherches pour savoir ce qui est vrai ou non.

Je sors de ce roman comme d’un rêve, il me semble qu’il s’agit d’un de ces romans où, une fois terminé, une pause s’impose. Merveilleuse rencontre littéraire, merveilleuse aventure sur papier.

Note : ★

Oui, c’est à nouveau un sans faute ! J’ai été vraiment surprise par ce livre, moi qui ne suis pas spécialement attirée par les histoires maritimes d’habitude (à part Les Déferlantes, qui m’avait bouleversée), je n’ai que des bonnes choses à dire. Bien sûr, j’oublie la larme à l’œil que j’ai gardée pendant ces quelques pages… Mais ne vous y trompez pas, ça vaut la lecture.

Et vous, avez-vous lu La Baleine thébaïde ? Avez-vous aimé ?

Publicités

3 réflexions sur “La Baleine thébaïde, Pierre Raufast

  1. Pingback: La Tresse, Laetitia Colombani | Folittéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s