Les Géants, Benoît Minville

Bonsoir les amis ! Je vous l’avais promis dans cet article, j’ai relu un livre de Benoît Minville. J’en avais déjà lu deux dans le cadre du comité de lecture de Livres à vous, Rural noir et Les Belles vies, et j’avais été partagée par le premier et conquise par le deuxième. Si jamais j’ai la chance de pouvoir le rencontrer pendant le festival, alors j’ai envie d’avoir lu ses livres (oui oui !) ; j’ai donc réservé Les Géants, et je l’ai terminé tranquillement. Il est sorti en 2015 dans la collection EXprim’ de Sarbacane.

DSC_0038.jpg

La 4ème

Ca se passe sur la côte basque. Les Géants, ce sont eux : deux familles, un clan qui se serre les coudes depuis toujours. Les parents, ouvriers et pêcheurs, gardent la tête haute. Leurs fils ont le surf pour vocation, peu ou pas d’horizon. Et soudain, la vague arrive : César, le grand-père, revient. Il a passé 20 ans en prison ; tout ce temps, on a fait croire qu’il était mort… et il a des comptes à régler. De lourds secrets à déterrer.

Appréciation

Comme dans Les Belles vies, Minville propose de découvrir une tranche de vie estivale. Pendant 284 pages, nous suivons les tribulations de deux familles amies depuis des années. D’un côté, une famille de pêcheurs, dont le fils rêve de parcourir l’océan sur le bateau qu’il retape ; de l’autre, une famille d’ouvriers ruinés dont les enfants se serrent les coudes.

On retrouve dans ce roman les préoccupations de l’adolescence, comme les choix d’avenir qui peuvent être en contradiction avec ceux que les parents ont prévu, un amour caché pour éviter la souffrance des autres, la capacité à faire face aux ennuis parentaux, les premiers émois sexuels… Des thèmes qui trouvent leur public, donc. Et puis, il y a la partie retour du grand-père gangster, dont je ne dirai pas grand chose pour laisser pleine découverte aux intéressés !

Je n’ai pas beaucoup à raconter à propos de ce roman, je le trouve très bien écrit, accessible au plus grand nombre dans un style simple et direct. Les personnages sont attachants et plutôt réalistes, même si parfois un peu caricaturaux. La seule chose que je déplore, et pour le coup c’était déjà ce qui me dérangeait dans les deux livres précédents, c’est la facilité de Minville à ramener des bagarres dans ses histoires. Alors oui, la violence fait partie de l’adolescence, mais dans chacun de ses romans, les personnages masculins ont tendance à vite monter dans les tours. Ce que je peux lui accorder tout de même, c’est que l’action est toujours très bien retranscrite !

Je rajouterai aussi que cette fois, j’ai lu Minville en ayant en tête la playlist qu’il avait notée en préambule. Et ce côté rock de l’auteur lui donne franchement une sacrée classe que j’apprécie !

Note : 

Il s’agissait donc du dernier roman du mois, plutôt sympathique, mais j’avoue que je commence à m’ennuyer un peu avec le genre ado, surtout après mon mois de septembre qui fut concentré sur celui-ci ! Au programme du mois prochain, un peu de changement, donc !

Et vous, avez-vous lu Les Géants ? Avez-vous aimé ?

Publicités

2 réflexions sur “Les Géants, Benoît Minville

  1. Pingback: Livres à vous 2017 | Folittéraires

  2. Pingback: Bilan littéraire d’octobre 2017 | Folittéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s