U4 : Koridwen, Yves Grevet

Salut ! J’ai fini U4 : Koridwen il y a cinq minutes, et comme je suis en arrêt maladie parce que j’ai des poignets en carton-pâte, je me suis dit, une fois n’est pas coutume, on écrit l’article à chaud. Donc U4 : Koridwen fait partie de la série des U4, il a été écrit par Yves Grevet, auteur ado à succès invité au festival Livres à vous qui aura lieu en novembre. Pour rappel, si vous n’avez pas lu les deux précédentes critiques sur deux autres tomes de cette série : il s’agit d’une série de cinq livres écrits par quatre mains, celles de Vincent Villeminot, Yves Grevet (invité au festival), Carole Trébor et Florence Hinckel. Les quatre premiers tomes, StéphaneKoridwenJules et Yannis peuvent se lire dans l’ordre qu’on le souhaite. Ils se focalisent chacun sur un personnage différent, dont on suit l’histoire dans le même univers post-apocalyptique. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90% de la population mondiale, et sont reliés par le fait qu’ils sont tous « Experts » sur un jeu vidéo en ligne, WOT. Khronos, le fondateur du jeu, aurait peut-être une solution à la catastrophe… Pour cela, ils doivent se rendre au même rendez-vous, à Paris. U4 : Koridwen est paru en 2015 aux éditions Nathan / Syros.

DSC_1079.jpg

La 4ème

« Je m’appelle Koridwen. Je suis la dernière survivante du hameau de Menesguen. J’ai décidé de me rendre à Paris. 541 kilomètres en tracteur, c’est de la folie, mais toute seule ici je suis trop vulnérable. Ma grand-mère m’a toujours dit que j’aurais un destin exceptionnel. C’est le moment de le vérifier. »

Appréciation

U4 : Koridwen s’ouvre sur du désespoir à la pelle. La jeune fille a perdu sa famille, ses amis, et vit seule dans la ferme familiale, avec l’idée d’en finir. Pour autant, elle ne le fait pas. Après avoir récupéré son cousin handicapé, Max, Kori se lance dans un road trip en tracteur pour rejoindre Paris, avec sa bétaillère qui contient toute sa vie et surtout… L’héritage de Mamm Gozh (grand-mère en breton).

Ce tome est dans une toute autre ambiance que les deux précédents que j’ai lus, et je suis contente de l’avoir entamé plus tard pour ça. Stéphane ne croyait pas en grand chose, Jules croyait en Khronos, Kori croit en des forces qui dépassent tout ça. Guidée par Ar Rannoù, une comptine qu’elle connait depuis l’enfance, elle prend un chemin qui lui est propre, avec de multiples rencontres.

Kori est un personnage très particulier, qui me posait question dès que j’ai lu U4 : Stéphane au début du mois. Sa dimension spirituel m’intriguait beaucoup, et les prises de position d’Yves Grevet par rapport à la série m’ont tout simplement enchantée (et terrifiée, parfois). Malgré la solitude de sa quête, Kori partage son épopée avec de multiples autres personnages, forme des alliances et des relations partout où elle passe, devient une survivante hors-normes. Loin d’être aussi froide que décrite par Jules et Stéphane, j’ai découvert une âme d’enfant très à l’écoute d’elle-même et de ses besoins, de ses envies, et de ses amis. J’ai mieux compris les interactions qu’on lui prêtait dans les autres tomes.

Je ne suis plus du tout surprise par les rencontres entre les quatre protagonistes, même si dans une certaine mesure, j’attends de voir la perception qu’ils ont des autres. Kori est un personnage très humain, peut-être moins douce que Jules, mais tout aussi attachante.

Et la fin, les amis, la fin !! Je ne m’y attendais pas une seconde, c’était complètement dingue. Je n’en dis pas plus, mais la prise de risque par rapport à U4 : Stéphane et U4 : Jules est incroyable.

Note : 

J’ai lu ce livre d’une traite, encore une fois, et c’est jusqu’ici mon préféré des trois… Le prochain sera donc bien sûr Yannis, que j’ai gardé pour la fin parce que son personnage est très lié avec Stéphane et que je ne voulais pas lire deux fois la même histoire. Allez, j’y replonge !

Et vous, avez-vous lu U4 : Koridwen ? Avez-vous aimé ?

Vive les plantes !

Publicités

6 réflexions sur “U4 : Koridwen, Yves Grevet

  1. Pingback: U4 : Jules, Carole Trébor | Folittéraires

  2. Pingback: Livres à vous 2017 | Folittéraires

  3. Pingback: U4 : Yannis, Florence Hinckel | Folittéraires

  4. Pingback: U4 : Stéphane, Vincent Villeminot | Folittéraires

  5. Pingback: U4 : Contagion, Yves Grevet, Florence Hinckel, Carole Trébor et Vincent Villeminot | Folittéraires

  6. Pingback: Bilan littéraire de septembre 2017 | Folittéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s