Rural Noir, Benoît Minville

Bonsoir tout le monde ! Je suis un peu malade alors j’espère que ma critique sera quand même un minimum satisfaisante. Après Cécile Coulon (dont j’ai lu Trois Saisons d’orage et Le Cœur du Pélican), j’ai voulu continuer un peu ma quête de campagne et de retour aux sources. Ma cinquième lecture pour le comité de Livres à Vous (ou sixième si on compte la toute première) a été Rural Noir, de Benoît Minville. Il s’agit encore une fois d’un auteur que je ne connaissais pas du tout avant la liste. Le livre est sorti en 2016 aux éditions Gallimard et j’ai lu la version poche de Folio, dans la collection Policier.

DSC_1061.jpg

La 4ème

Romain est parti du jour au lendemain de la Nièvre, sans une explication. Dix ans plus tard, il revient sur les terres de son enfance et retrouve la bande de toujours : Chris, son frère, rendu amer par son départ soudain après le décès de leurs parents. Vlad, le meilleur ami à la vie à la mort, aujourd’hui lointain, aujourd’hui accaparé par ses affaires. Et Julie, qui attend un enfant avec Chris. A peine Romain a-t-il posé ses valises que Vlad est retrouvé salement amoché dans un champ. Avec le recul des années passées loin, Romain fouille dans leur histoire commune pour tenter de comprendre. Quels bons souvenirs dissimulaient les disputes, quelles rivalités annonçaient les bastons, quelle crise se préparait pour ceux restés sur ces terres.

Appréciation

Il s’agit d’un roman sur lequel je suis encore une fois profondément partagée. Mais pas comme pour Tu Montreras ma tête au peuple, après lequel je penchais très clairement vers le Nopenopenope. Ici, je suis très clairement entre les deux… Alors je vais détacher les deux parties.

Ce que j’ai aimé dans ce livre. Il s’agit d’un roman que j’ai lu très vite, parce que sa structure a cette perfection : à aucun moment je ne me suis ennuyée. La scène d’exposition est plutôt courte : Romain arrive dans son village natal, on comprend assez bien d’où il vient, où il en est, il a des nouvelles du « gang », on sait où ils en sont eux aussi. C’est clair, net. L’élément perturbateur arrive assez rapidement ; on est plongés dans ce problème au bout de quelques pages. Les péripéties commencent d’une manière que j’apprécie beaucoup : l’auteur alterne passé et présent, petit micmac temporel très bien senti qui permet de mieux appréhender le présent grâce au passé. Le dénouement m’a plu aussi, il est satisfaisant, propre ; le livre se termine sur un chapitre du passé, laissant en suspens ce que le livre parvient à résoudre. J’ai trouvé ça très intéressant. Niveau structure, rythme, on peut dire que Benoît Minville m’a convaincue.

Ce que je n’ai pas aimé dans ce livre. Juste avant Rural Noir, j’avais lu Le Cœur du Pélican de Cécile Coulon. Je suis actuellement passée de tout à rien. Je vous avais dit que j’avais sauté quelques passages dans ma précédente lecture ; ici, j’ai eu l’impression qu’il me manquait beaucoup de détails, beaucoup. Par exemple, au début du roman, Romain vient de retrouver son frère Chris. Ce dernier lui annonce que Julie, sa compagne, devrait rentrer sans tarder. Et là, sans crier gare, Julie est dans la pièce. Mais qu’a-t-on fait du crissement des pneus de sa voiture ? Et la manière machinale de pousser la porte d’entrée ? Et le regard qui passe de fatigué à surpris ? Julie n’a pas vu Romain depuis dix ans ! J’avoue que j’aurais apprécié des retrouvailles un peu plus marquées… Et tout au long du roman, j’ai eu ce problème. Parfois, je ne comprenais pas vraiment comment les personnages étaient arrivés là, j’ai trouvé que l’auteur faisait pas mal de raccourcis. Ensuite, j’ai trouvé également que les personnages étaient très cohérents dans l’ensemble, mais que les femmes manquaient de consistance. En tant que bonne vieille féministe, je déplore le fait qu’elles ne soient que des sortes de « mamans » (elles sont protectrices, douces, savent comment calmer les hommes) et des victimes (oui, toutes !). Un peu de profondeur, que diable ! Les hommes, eux, sont assez caricaturaux aussi : bagarreurs, colériques, aventuriers, Chris coupe du bois à la hache dans la forêt, emmitouflé dans sa barbe (!). Enfin, dernier problème qui n’en est pas vraiment un, c’est plus une question de goût réellement, je ne suis pas fan de la thématique qui revient. Quand Romain découvre que Vlad a été roué de coups, il s’intéresse un peu à ce qu’il a fait en dix ans… Et on glisse sur les magouilles de Vlad, à la tête d’un trafic. Et franchement, toutes les histoires qui tournent autour de la drogue et des armes ont tendance à vite me gonfler (mais ce n’est qu’une partie de l’histoire, donc je nuancerai quand même).

En bref. Rural Noir est un roman ultra fluide, avec une intrigue intéressante et bien menée du début à la fin, que les sauts dans le temps éclairent positivement. J’ai ressenti une vraie cohérence chez ses personnages, mais je regrette qu’ils ne soient pas un peu plus complexes, surtout les femmes. Les détails me manquent pas mal malgré le rythme qui en ressort plutôt soutenu.

Note : ☆☆

J’ai fini par couper la poire en deux, côté positif, parce que j’ai malgré tout passé un bon moment avec ce roman. Je sais que Benoît Minville a beaucoup écrit pour les ados et pour la jeunesse, et je suis d’ailleurs très curieuse de le découvrir dans ces styles-là. Le prochain roman de lui que je lis est Les Belles Vies, nous verrons à ce moment-là !

Et vous, avez-vous aimé Rural Noir ?

A bientôt !

Publicités

8 réflexions sur “Rural Noir, Benoît Minville

  1. Pingback: Livres à vous 2017 | Folittéraires

  2. J’avais bien aimé, oui. Je ne lis pas ce style de « polar » et j’ai été agréablement surprise par la profondeur des sentiments entre les personnages.
    Et j’ai adoré Les belle vies!! J’ai chouiné, j’avoue, à certains moments 😂

    J'aime

  3. Pingback: Bilan littéraire de juillet 2017 | Folittéraires

  4. Pingback: L’Archange du chaos, Dominique Sylvain | Folittéraires

  5. Pingback: Moisson #2 et petite annonce | Folittéraires

  6. Pingback: Les Belles vies, Benoît Minville | Folittéraires

  7. Pingback: Les Géants, Benoît Minville | Folittéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s